ce texte vous est offert par serviable le 31 octobre 2014

le magasin de lingerie

Cela faisait déjà plusieurs semaines que je ne portais plus de sous-vêtements masculins. Que ce soit à la maison ou pour aller à la fac je ne portais que des petites culottes de dentelle assorties aux porte-jartelles qu'elle m'imposait. Les chaussettes avaient bien entendu été remplacées par des bas noirs. Les premiers temps je portais sa lingerie ( parfois celle qu'elle avait porté la veille) puis elle m'acheta des dessous au super marché en allant faire ses courses. Chaque nouvelle parure entraînait immanquablement un défilé sous ses yeux avec des réflexions sur ma façon de porter les dessous ou ma manière de me déplacer.

Un jeudi comme un autre alors que je portais ses sacs tandis qu'elle faisait du shoping nous entrâmes dans un magasin de lingerie. Les deux vendeuses nous accueillirent avec le sourire (commercial). « Bonjour Madame, bonjour jeune homme » ( j'avais 20 ans et elle la 50 aine ) Apres que nous ayons répondu à leur bonjour l'une d'elles demanda à ma maîtresse ce qu'elle voudrait voir.

« je ne viens pas pour moi mais pour trouver un bel ensemble de lingerie pour ce jeune homme »

Je crus que j'allais fondre sur place tellement je fus surpris, je sentais mes jambes molles et le rouge monter jusqu'à la pointe de mes cheveux. Les deux vendeuses marquèrent un temps d'arrêt ( qui me parut être une éternité) mais celle qui semblait être la responsable repris la parole

« Sans problème Madame, avez vous déjà une idée de ce qui conviendrait ? »
« Oui je voudrais quelque chose de doux et féminin. Une culotte et un string avec un sert-taille assorti.
- Savez-vous quelle taille il fait ?
- 38 - 40
- je vais vous montrer ce que je peux vous proposer »

J'étais à la fois mort de honte et excité par la situation. La deuxième vendeuse me fixait sans dire un mot alors que moi je baissais la tête. Ma maîtresse se fit présenter quelques models en émettant des critiques sur certains et en en choisissant d'autres. Une fois trois ensembles choisis, elle demanda si elle pouvait me les faire essayer. La responsable de la boutique maintenant très à l'aise et même amusée répondit que bien sur et indiqua la cabine au fond du magasin.

Je suivis ma maîtresse, elle me tendis la premier ensemble que je passais pardessus le string blanc que je portais. Elle laissa le rideau grand ouvert pendant que je me changeais ce qui me rendit encore plus mal à l'aise.

Une fois que j'au revêtit la parure elle me fit tourner sur moi-même rajusta la position d'une jartelle et recula d'un pas pour voir ce quel cela donnait. Mon cour s'arrêta quand je l'entendit demander à la vendeuse de venir pour donner son avis. Celle si ne se fit pas prier et arriva immédiatement avec un grand sourire. Ma maîtresse me fit tourner à nouveau et elles convinrent que cela m'allait assez bien sans être parfait. Je du alors passer devant les deux femmes l'ensemble suivant. Pendant ce temps Madame expliqua à sa complice du moment que je lui étais soumis et que depuis que j'étais à son service c'est moi qui m'occupais intégralement des travaux ménagers. Elle ne lui cachât pas non plus que je devais lui donner du plaisir avec la bouche selon ses envies et qu'elle ne se privait pas pour s'amuser avec moi, sans pour autant rentrer dans les détails des torturent qu'elle aimait m'infliger.

Le deuxième ensemble était en satin rouge avec des lacets noirs. Je porte-jartelles, très haut, était baleiné et la culotte haute et moulante. Les deux femmes parurent ravies de mon allure. Néanmoins elles me firent essayer le troisième tout en discutant de mes qualités et de mes défauts. J'eus à peine finit d'enfiler la culotte qu'elles me dirent de concert de retirer cette lingerie qui ne m'allait pas du tout. Ma maîtresse demanda si je pouvais garder l'ensemble rouge sur moi. La vendeuse lui répondit que cela ne posait bien entendu aucun problème. Je du alors me changer à nouveau devant les deux femmes mais en retirant le string blanc qui cachait jusqu'alors mon sexe. Ma maîtresse en profitait pour me demander de me mettre à 4 pattes pour montrer le plug enfoncé dans mes fesses. Elle le retira et le replaca pour bien montrer à la spectatrice comme j'étais accueillant. La vendeuse se plaignant que son ami était un macho et que cela devait être agréable d'avoir un homme rien que pour son plaisir il lui fut proposé de testé les caresses de ma langue. Elle accepta sans hésiter. A genoux par terre, elle assise sur le tabouret de la cabine adossée contre la paroi, je lui donnais avec application et grand plaisir je l'avoue les caresses que son amant semblait lui refuser.

Ma maîtresse en profitât pour régler les achats auprès de sa consoeur. Je ressortis de la cabine elle m'attendait la sourire aux lèvres. Et m'entraîna vers la sortie pendant que je la remerciais pour le cadeau.

À lire aussi :
SON EXCELLENCE NOUR - II. Une voix, une odeur, un goût… et une autre femme ! - Le Serviteur Gynarchique
About Us - Terms and Conditions - Privacy Policy -
18 U.S.C. 2257 Record-Keeping Requirements Compliance statement

All the content on this site is intended for adult audience only.
To learn how you can prevent your children from accessing this and other adult sites, please follow one of the following links.
Any charges through our payment processor Zombaio LLC will read ZOMBAIO.COM on your cardholder statement for the merchant BBN Investments