ce texte vous est offert par valetlechecul le 04 mars 2014

LE NIRVANA D'UN COUPLE GYNARCHIQUE

PRESENTATION :

Je réside près de ROCHEFORT en Charente -maritime. Homme d'une cinquantaine BCBG, de 1,82 et 82kg avec des yeux verts marrons. Je croque la vie par la deux bouts de la chandelle, je papillonne et picore surtout la gente féminine mariée.
En avril 2010 je fait connaissance de VIOLL... 36 ans, épouse d'un militaire sans enfant. Elle est responsable d'un secrétariat d'un service de la Région.J'ai passé avec elle un après midi fou, elle me donnait l'impression de me connaitre au bouts de ces doigts. A son départ on échange nos n° de téléphone et email.Elle m'avait rendu complètement retourné, j'avais peur de tomber amoureux. Plusieurs fois par jour j'attendais son contact, je devenais comme un lion en cage. enfin au bout de 10 jours, elle m'adressa un mail .

DEBUT DE LA DESCENTE AUX PLAISIRS:

Elle m'écrivait " Bonjour, j'ai remarqué que tu avais un penchant pour la soumission et cela me plaît ( je ne savait même pas au fond de moi avoir cette tendance) Donc si tu désires me revoir, lit bien ce texte. Je n'aime pas les hommes, égoïste, fier de leur sexe, orgueilleux,idiot comme toi, sans droiture. J'aime les hommes ayant de la prestance, intelligent,généreux,disponible et surtout prêt a me servir sans retenue. Tu est une CARPETTE plutôt une LOPETTE, tu me serviras de SOUS-MERDE. Si tu veux me revoir, sache qu'il y a des obligations : Tu ne me parleras que lorsque je te le permettrai, tu me vouvoieras,tu seras toujours derrière moi lorsque nous sommes avec des gens. Tu seras toujours qu'une chose pour moi, as tu compris CONNARD ?
Il n'y aura jamais de pénétration entre nous, tu feras abstinence, je te trairai quand je le voudrais espèce de grosse vache. Donc si tu désire me contacter soit par téléphone, par s.m.s ou par mail, il faudra toujours au début de chaque écrit ou appel me dire un mot très nul comme toi "PISTACHE" après je te donnerai la permission de correspondre GROS CON".
Si OK appelle moi a 22h30 je serais plus tranquille à la maison.
J'étais ébahi, je tombais des nues,cette femme si douce, moi soumis! qui adorait fessées les femmes et parfois les attacher aux pieds du lit.Mais le plus surprenant et que j'avais une érection raide. Je voulais continuer par l'excitation de la situation.
A 22h30 je l'appel,(je venais de tomber dans ces griffes)je lui dit que j'avais reçu son mail, elle me dit PEDALE et coupa l'appel.J'étais étonné de sa réaction et je compris de suite qu'il manquai le mot magique "PISTACHE". Je la rappelle "PISTACHE"elle me demande d'attendre et au bout d'une minute elle reprend la conversation en me disant," tu vois ce n'ai pas dur tu comprend maintenant? espèce de LARVE je vais te rendre la vie plus belle. Bizarre plus elle m'insulte plus je m'accroche a elle.

DEBUT DE MA SOUMISSION :

Une semaine avant notre rencontre, elle m'adresse une mail en me demandant d'acheter pour mon apprentissage;
des menottes, une cravache, des gants chirurgicaux, une crème pour faciliter l'introduction anale, un god ceinture, et un god moyen avec pour introduction lorsque je suis assis, un plug transparent avec une queue de chien, une laisse pour le chien que je suis et cinq petites culottes de fille a ma taille.
Tout ce texte ponctué d'insultes très excitantes qui me faisait bander comme un cerf. Elle précisa aussi que le jour de notre rencontre, de laisser la porte d'entrée entrouverte, les 5 culottes sur le lit avec une lettre de soumission totale et de l'attendre dans le salon, tout nu avec la laisse autour du coup le plug dans mon anus et les ustensiles près de moi.
J'attendais le coeur battant fort, j'avais une érection forte, je ne pensait plus a cette tenue nue seule chez moi le cul prêt a servir, j'étais en si peu de temps heureux de faire plaisir a ma maîtresse.
Mon coeur a battu encore plus fort lorsque j'ai entendu la porte s'ouvrir.Elle rentra dans la chambre j'ai entendu des compliments pour les culottes et parue enchantée de ma lettre de soumission.Elle dit tout fort de la chambre enfin je vais voir ma LOPETTE,elle arrive derrière moi, il m'est impossible de vous décrire a quel point j'étais excité, elle me dit eh! SOUS-MERDE . Sache que maintenant tu auras toujours le cul tournée vers la porte pour mes visites pour me montrer que tu est un esclave soumis comme une CARPETTE., tu comprend CUL A BITES? oui VIOLL..
j'ai reçu un coup de pieds sur les fesses "non et non je suis ta maîtresse VIOLL.
elle se présente devant moi et me demande de baisser les yeux.
Je ne voyais que ces chaussures blanches a talons et ces chevilles " aller lèche les chaussures et plein de baisers sur ma cheville.
En se moquant de moi elle trouve que je trique bien pour une PEDALE , elle me tire sur la laisse et me demande de faire le tour du salon, en prenant la laisse dans la bouche comme les chiens savants et elle m'a appris a parler chien 1 aboiement pour dire oui et 2 aboiements pour demander quelques choses, interdit le NON. Elle s'assied sur ma croupe et les tapotes
HUM....quel beau cul tu as un cul de pute, tu seras ma salope un de ces jours je ferais une tournante et ta craquette(mon anus) servira aux gods de ces dames ou aux queues de ces messieurs et sans le remarquer j'ai dit oui maîtresse VIOLL...Ensuite elle me demande d'essayer les culottes, elle était ravie, plus tard tu acheras des bas et des collants tu deviendra ma pute je te ferais prendre par des hommes.

LE LACHER PRISE:

Plusieurs rencontres on eu lieu. J'étais heureux d'être devenu son esclave, heureux pour elle, prêt a donner plus chaque fois, j'avais atteint le stade de la soumission cérébrale, qui pour moi (d' après mon expérience)est la situation la plus importante, afin de tout accepter, coups de pieds, de poing,gifles, humiliation (insultes, WC ambulant, moquerie devant du monde etc...). Ce lâcher prise elle avait su l'accepter par ces mots, ces insultes, j'avais toujours le sexe raide a chaque paroles et écrits,j'étais prêt atout pour elle, rien pour moi,, que son plaisir et quelle joie de m'entendre appeler, LOPETTE, SOUS-MERDE,LARVE, LECHE CUL, PUTE, et parfois elle me siffler dehors en ville pour m'appeler. J'étais devenu son valet, sa chose son objet. Un jour de juin 2010 elle vient avec un cadeau et un contrat, que je devais lire et parapher en deux exemplaires. voici le contenu :

PACTE D'APPARTENANCE :

Il était précisé que ce pacte nous lier sous la forme d'un couple gynarchique, que je lui appartenait complètement, corps et âme, elle avait tout les droits sur moi, droit de vie et de mort, que j'étais sa lopette, quelle pouvait faire ce quelle désirait de moi me vendre me prêter, ou me louer. Tout lui sera permis sur moi Gifles, coups de pieds de poings, cravache, fessées, martinet, introduction anale supplice de la bougie,même laisser toute la journée attaché pendant qu'elle se promène. Quelle se servira de moi comme cendrier, crachoir, WC ambulant. et le seul droit que j'avais " et de me taire, ne rien demander, et attendre ma pitance par la nourriture quelle voulait bien cracher dans mon plat. Aussi il était précisé que je dois faire abstinence et seulement je pourrais jouir lorsqu'elle voudra bien me traire.Si non paraphe arrêt complet des visites. Je me suis empressé de signer je voulais lui appartenir pour toujours. En ce qui concerne du cadeau pour ce pacte c'était un grande gamelle de chien en inox.

MA VIE GYNARCHIQUE :

Toujours sous son influence, mon âme te mon corps était a sa disposition et je ne vivais que pour elle. Le plus remarquable c'est que elle mesurait 1.60m et ne pesait pas plus que 55kg avait un corps juvénile, petits seins et s'habillais souvent en jeune fille, mais pourtant elle était plus forte que moi et me dirigeait comme un enfant, j'avais l'appréhension de ces réaction parfois lorsqu'elle me donnait des raclées assez poussée qui me laissait pantois au sol.
Mais je ne vivais que pour son bonheur.Elle m'avait éduquer pour son plaisir et parfois lorsqu'elle lisait un livre dans le fauteuil, elle me demandait de me mettre a genoux en face d'elle elle écartait ses cuisses et me demandais ce que je voyais : "Je vois vos cuisses (une gifle très forte) la première fois j'ai pleuré de douleur, " ah! pardon vos cuisses merveilleuses et votre culotte, je devais lui faire les louanges de sa culotte" Ho! belle culotte qui protège le sexe et le postérieur de ma très belle maîtresse, toi qui s'est garder les odeurs de cyprine et du fondement du beau cul royal, toi belle culotte, quelle joie j'aurais quand je pourrais te sentir et te lécher, en attendant je sait que tu est supérieur a moi et j'attend tes ordres. Ces odes je devais souvent lui dire dans les toilettes en la regardant sortir de son anus royal de beaux boudins de crotte et de clamer que son caca et aussi supérieur a moi et c'est pour cela que ma divine altesse m'appelle SOUS-MERDE, de même pour son urine chaud et odorant un régal pour ma bouche. Je devais ensuite les sentir lui lécher son sexe pour le nettoyer et manger le papier toilette qui avait servi a nettoyer son auguste cul ( on n'ai pas trop attiré par le scato, lécher et manger les papiers toilettes ok). Sinon ma journée de couple(Mari souvent en mission en Afrique) était parfois tranquille devant la TV ou lire des livres, mais je la servais toujours ces moindres désirs. Mais parfois des journées plus torride elle se passait souvent en 3 étapes, début toujours nu devant la porte d'entrée avec la laisse autour du cou, plug dans l'anus,gifles,insultes,faire le ménage, la vaisselle et parfois je nettoyais avec la langue la lunette des WC. Ensuite pendant l'excitation je recevait de sacrée dérouillée pour n'importe quelle bêtise.
Des coups de poing des coups de pieds, crachat dans la bouche, ma langue lui servait de mouchoir, tour en laisse, je devais me comporter comme un chien en aboiement, (après lavement) doigts ou main dans le cul et pendant cette action elle me criait tu est a moi, tu m'appartient) coup de cravache menotté sur un meuble le cul prêt a subir son god ceinture et lorsqu'elle était énervée par un collègue de travail elle me faisait le supplice de la bougie. J'avais le sexe tout roide et cela l'excitai encore plus. a la fin je devais me mettre a 4 pattes elle se mettait debout ces cuisses entre ma tête elle serrai fortement a étouffer, et se penchait pour me traire comme une vache et me disait des insultes qu'elle avait un droit de cuissage ainsi que le droit de vie sur moi, qu'elle était plus forte que moi et que je n'étais qu'une lavette et qu'elle est ma supérieur et moi son simple subalterne, un con,une pédale, une lopette, sa pute et toujours a ce moment le fait d'être étranglé que je dépende de sa force de toutes ces insultes et du traiyage de ma queue je gicler mon sperme sur le sol en criant de joie. Pour finir je lécher mon sperme et elle assise devant moi elle se caressait comme une folle son sexe a travers sa culotte et me demandait de la regarder, enfin elle avait une jouissance infini avec beaucoup de pertes liquides que je devais lécher soit au rebord du fauteuil ou sur le sol.
Ensuite vient la période la plus calme, ou je profite de sa tendresse.
Elle me caresse la tête, les cheveux,on prend le café elle sur le fauteuil et moi a ces pieds, en guise de sucre j'ai un crachat et une fois j'ai du faire mon café avec de l'eau des cuvettes des WC. Ou parfois a table pour le déjeuner elle assise sur une chaise et moi au sol avec ma gamelle en inox rempli de la nourriture qu'elle a bien voulu cracher dedans accompagné d'un verre de son champagne de premier choix. Elle me tire doucement sur la laisse et me raconte tous ces déboires avec son mari ou les ennuis dans service.En me caressant la tête elle m'appelle mon chien tu sait tu es merveilleux. Elle me parle de ces jouissances qui ressemble a une petite mort, que est magnifique elle ne veut plus de contact des pénétrations elle préfère cela tellement c'est très fort.
Et moi je lui demande la permission de parler "PISTACHE" et lui exprime aussi le bonheur que j'ai de la connaître, que moi aussi mes jouissances sont infiniment plus importantes qu'avant, j'ail'impression de partir au delà de la vie, ce sont des jouissances internes vraiment la valeur d'un volcan et que je l'aime comme un fou de se plaisir qu'elle me donne. J'exprime aussi que je suis heureux de vivre en perpétuel soumis même pendant les moments calmes ,je connais ma place devant elle je la voit toujours comme ma supérieur.
je la remercie de m'avoir su ouvrir les yeux devant les femmes, qui sont largement plus forte que nous les hommes, elles sont d'une race supérieur. QUE que je suis entièrement satisfait d'être sa chose. Que je ne lui réclamait rien, que mon bonheur est de la servir.que j'ai un immense amour pour ma maîtresse VIOLL...
elle me tire sur la laisse ou par les cheveux et me dit MERCI avec un petit bisous sur les lèvres. Pour moi ces instants sont gravés a jamais.

UN COUPLE GYNARCHIQUE REUSSI :

soumission cérébrale obligatoire, sana cela impossible d'accepter les coups, les l'humiliation Admettre que la femme est d'une race supérieur,
Donner tout son amour a sa maîtresse jusqu'à lui donner votre vie,
Après excitation savoir garder sa place dans le couple, vous êtes toujours de race inférieur,
accepter les situation contraire a vos principes (soumission,bi sexsualité,introduction annale,
avoir confiance dans sa maîtresse elle est là comme votre mère elle vous couve et vous garde.

EXPERIENCES TRES FORTE :

la première fois qu'elle m'a introduit la main dans mon anus. Au bout de 3 mois après des essais de god et d'aliment comme des bananes, courgette, carotte,et enfin un concombre. Enfin de compte cela a été plus facile que je ne le pensait, l'anus a un muscle facile a dilater. malgré la douleur je suis heureux de lui offrir mon anus. La difficulté ce n'est pas doigts mais de passer les phalanges de sa main (heureusement qu'elle aune petite main) elle est ravie car elle pourra me prêter a des hommes ou femmes avec god ceinture.

5 mois après notre connaissance elle me demande me préparer, nu cul en direction de la porte entrouverte, , laisse au cou, sans plug et ustensile près de moi. Toujours très excité lorsque j'entends la porte s'ouvrir; je l'entend venir vers moi en discutant avec un homme. Je me suis trouver mal a l'aise, elle venue de suite et ma chuchoter à l'oreille , "tu est ma pédale" tu est a moi, tu m'appartient et fait ce je veux de toi, tu est ma pute ma grosse salope, fait plaisir a ta maîtresse, sache que tu m'appartient et lui n'est qu'un amusement. Alors j'ai repris confiance de savoir qu'elle me protégeait. Elle se leva et fit les présentations " voici ma SOUS-MERDE, une PEDALE qui un garage a bites et voici Véronique une lopette qui adore s'habiller en fille. Regarde le espèce de pute. J'ai vu devant moi un garçon torse nu sans poil, avec une culotte tanga, des bas et chaussures talons aiguille.Il me faisait bander comme un fou VIOLL le remarqua, tu vois salope que tu aimes les bites et la sienne est belle.

elle me tire sur la laisse et me demande de faire un tour du salon en aboyant et la laisse dans la bouche,ensuite j'ai du monter que j'étais un chien savant. elle me demande de me mettre a genoux devant le garçon, elle lui claqua le cul en lui parlant comme une fille et lui a sorti sa queue en me la présentant, elle était longue mais pas trop épaisse et me demanda de lui faire pleins de bisous sur son gland et ces bourses.J'étais surpris de la bonne odeur de son sexe et de la consistance du gland , j'ai du continuer a baiser ces cuisses et ces pieds pour montrer ma docilité; Ma maîtresse pendant ce temps là a pris la camera et filmer toute la scène, elle disait qu'elle était au "nirvana" que surement elle allait joui sans se toucher et cela ma fait très plaisir, je voulais me surpasser pour elle.. Après il se retourne et me montre son petit cul bien ferme et VIOLL... me demande aussi de faire pleins de bises sur son postérieur, j'étais un peu réticent, elle m'appuya la t^te contre son cul, et j'ai trouvé l'odeur agréable et sans ordre de ma maîtresse j'ai commencé a lécher sa raie du cul et enfoncé ma tête pour sentir et faire pénétrer ma langue profondément dans son trou de cul. VIOLL.. était surprise et enchantée, plutôt excitée de voir sa pédale bouffait le cul d'un inconnu, elle était devenue folle, elle me criait bouffe lui le cul pédale, grosse salope goûte son trou a caca, elle avait l'autre main dans son sexe et se frottait très fort. Ensuite il se retourna j'ai du prendre son sexe en bouche le plus profond malgré sa longueur, le garçon était content,"il disait que je bouffait sa queue aussi bien qu'un pute. Je voulais gober le maxi pour faire plaisir a ma maîtresse et elle en folie complète me dit ça y est tu est prête a servir pour les tournantes.C'est aller très très vite sans m'apercevoir il, pointait son dard vers ma craquette et l'enfonça très facilement même moi j'étais étonné mais je vous assure quel bonheur de faire plaisir comme cela ma maîtresse et de recevoir un sexe tout chaud dans l'anus. VIOLL.. criait comme une folle nous traitait de tous les noms. Enfin il a joui en dehors sur la cuisse de ma Maîtresse et celle ci ma demandé de nettoyer en même temps elle a eu une jouissance incomparable.Mais bon dieu que cela fut bon, le fait de faire plaisir a mon amour, et de savoir qu'on me filmait et aussi qu'une autre personne était présente tout cela m'a fait jouir dès quelle là commencer la traie.

la dernière très importante s'est passer 1 an après notre connaissance. elle me téléphone vers 19h45 en juin 2011, je la sentais furieuse suite a une réunion de travail et me demanda d'être présent en voiture avec tous les ustensiles ainsi que la laisse autour du cou et le plug a queue dans le cul Le rendez vous avait lieu à l'orée d'une forêt qui se trouve entre MARENNES et LA TREMBLADE après le pont de la SEUDRE direction RONCE. J'arrive au parking et attend , angoissé de cet appel. Personne dans les environs cela me calme. elle arrive enfin se dirige vers moi me demande de baisse la vitre de l'auto et m'adresse un coup de poing et une gifle, avant que je dise quelque chose elle m'oblige d'ouvrir la bouche et me met sa culotte portée dans la journée.heureux de recevoir ces coups mais je les sentais bien forts, heureusement que par sa corpulence j'ai pu accepter cela sans broncher. Elle me dit qu'elle était énervée de sa réunion et le fait de me taper la colère passait doucement. Elle me demande de me déshabiller et de sortir de la voiture. a genoux je rejoint la forêt elle en me tirant par la laisse, " lors mon cabot, aller aboie pour plaisir a ta maîtresse,j'ai aboyé jusquau premier chemin. on s'arrêta et elle pris une branche verte enleva les feuilles pour la rendre flexible et me donna des coups sur le cul et le dos , en criant sur ces collègues j'ai joui de douleur mais surtout de savoir qu'elle avait besoin de moi pour passer ces nerfs. Elle s'est aperçu de ma jouissance et a continuer plus fort et en me donnant des coups de pieds " je devais jouir que sur son ordre" je recevais des coups de pieds sur les cotes, le cul, des gifles en m'insultant, elle m'a demandé de me mettre a genoux et m'a donné plusieurs coups de poing, elle m'obligea d'ouvrir la bouche pour cracher tout son venin, un dernier coup de poing et une gifle je suis tombé sur le sable.

Elle s'est assise sur ma figure et me dit que j'étais un idiot, un abruti que je méritais ma punition. Elle leva me laissa respirer et devant moi elle se mit a pleurer.Personne était présent pendant ce tabassage. Le lendemain elle m'a soignée et j'ai eu pour la première et dernière fois la possibilité de la voir toute nue, mon dieu quelle est belle.

TOUT A UNE FIN :

au mois de septembre 2012, son mari est muté dans l'est de la France. C'est avec un très grand déchirement que j'ai vu partir ma maîtresse VIOLL... elle aussi je suis sûr était triste.On a passé le dernier après-midi dans la tendresse. Elle me demanda plus de contact pour ne pas que son mari est des soupçons.

Quelques temps plus tard j'avais envie de retrouver pas le même amour mais les coups me manquaient. J 'ai cherché et trouver des annonces. Mais quel gâchis , elle ne sont pas maîtresse au fond d'elle, elle ne veule que de l'argent. Les coups je les sentais, elle ne save pas que même un soumis il faut en premier le rendre soumis cérébral pour accepter leur médiocrité, une maîtresse ne crie pas, elle parle normalement en douceur..

À lire aussi :
Comment je suis devenu la lopette de ma Femme - Le Serviteur Gynarchique
About Us - Terms and Conditions - Privacy Policy -
18 U.S.C. 2257 Record-Keeping Requirements Compliance statement

All the content on this site is intended for adult audience only.
To learn how you can prevent your children from accessing this and other adult sites, please follow one of the following links.
Any charges through our payment processor Zombaio LLC will read ZOMBAIO.COM on your cardholder statement for the merchant BBN Investments